Accueil du blog
Mots clés
Archives

Catégorie : santé

  • 1,6 million de fumeurs en moins en deux ans, annonce Santé publique France. Une baisse d'ampleur inédite


    28/05/19 - Le recul de l'ordre de 12 % en deux ans est constaté dans le dernier baromètre annuel de Santé publique France publié mardi 28 mai 2019. Après plusieurs années de stabilité, la prévalence du tabagisme, qui avait diminué d'un million entre 2016 et 2017, poursuit sa baisse avec 600 000 fumeurs en moins entre 2017 et 2018. La prévalence du tabagisme quotidien ressort, en 2018, à 25,4 %, en baisse de 4 points en deux ans.
    Ces bons résultats, qui montrent aussi la réduction du nombre de jeunes entrant dans le tabagisme, traduisent, selon François Bourdillon, le DG de l'organisme, "l'impact de la politique publique cohérente, déterminée et de ses nombreuses mesures parmi lesquelles : l'augmentation régulière des prix du tabac ; la mise en place au 1er janvier 2017 du paquet neutre ; le remboursement des substituts nicotiniques ; des temps de communication récurrents et coordonnés portés par le ministère de la Santé, Santé publique France, l'INCa et l'Assurance maladie ; et bien sûr l'opération Mois sans Tabac, qui se déroule depuis 2016 tous les mois de novembre, événement majeur d'incitation au sevrage tabagique et à la « dénormalisation » du tabac".
    Les fumeurs quotidiens fument moins de cigarettes par jour. Ces derniers consommaient 13 cigarettes/jour en 2018 versus 13,3 en 2017 et 13,8 en 2010.
    Toutefois, la France garde un taux de prévalence du tabagisme quotidien très élevé en comparaison d'autres pays de même niveau économique, avec de très fortes inégalités sociales, mais qui ne se creusent plus depuis deux ans.
    Pour l'année 2015 tous sexes confondus, 75 320 décès sont attribuables au tabac (un millier de plus que l'année précédente), soit 13 % des décès survenus en France métropolitaine. D'après l'agence sanitaire, le tabagisme demeure la première cause de décès évitable en France. Depuis 15 ans, le nombre de décès attribuables au tabac chez les femmes augmente de plus de 5 % par an en moyenne, conséquence visible avec retard, de leur entrée progressive dans le tabagisme dans les années 1970 à 1990.
    Enfin, parmi les outils d'aide au sevrage tabagique, la cigarette électronique, en forte progression, devient le plus utilisé par les fumeurs pour arrêter de fumer. 3,8 % des Français vapotent au quotidien en 2018, contre 2,7 % un an plus tôt. La moitié d'entre eux sont des anciens fumeurs.
    > BEH n° 15 du 28 mai 2019 - Numéro thématique - Journée mondiale sans tabac 2019

    Mis en ligne le dans santé, tabagisme . Taggé santé, tabac .
    Lire la suite
  • Emmanuel Macron dévoile son plan « Ma Santé 2022 » pour une transformation profonde du système de santé

    Emmanuel Macron dévoile son plan « Ma Santé 2022 » pour une transformation profonde du système de santé

    Mis en ligne le dans santé, plfss . Taggé santé .
    Lire la suite
  • Dépression : 4 CPAM vont tester le remboursement de psychothérapies de soutien


    17/04/18 - Les maladies psychiatriques sont un poste de dépenses de la sécurité sociale particulièrement lourd. Ce constat a conduit la CNAMTS à souhaiter innover dans la façon de les prendre en charge et à envisager une expérimentation du remboursement des psychothérapies. Depuis longtemps, les psychologues réclament que leurs séances puissent être remboursées. Ce ne sont plus trois mais quatre caisses primaires qui vont tester le remboursement de séances chez le psychologue, annonce la presse. Déja  évoquait les CPAM du Morbihan, de Haute-Garonne et des Bouches-du-Rhône, qui soumettaient à signature une convention aux psychologues cliniciens et psychothérapeutes agréés par les ARS, en vue de réaliser les séances prises en charge à 100 % pour des patients de 18 à 60 ans présentant des troubles en santé mentale d'intensité légère à modérée. Il faut donc ajouter la CPAM des Landes pour cette expérimentation qui s'étendra sur une durée de 3 ans (de 2018 à 2020). Une évalutaion décidera de la possible généralisation du dispositif. 
    Selon La Dépêche du Midi, qui a interrogé la CPAM de Haute-Garonne, la première a avoir mis en place le dispositif début mars 2018, le patient adressé au psychologue par un médecin généraliste pourra suivre 10 séances de psychothérapie de soutien de 30 minutes. Cette prescription pourra être complétée par 10 séances de psychothérapie structurée de 45 minutes si besoin. Au total, ce sont au maximum 20 séances chez le psychologue qui seront prises en charge par la caisse, en tiers payant intégral. L'objectif est de réduire les dépenses d'assurance maladie liées aux maladies psychiques, en abaissant notamment le nombre de jours d'arrêt de travail, mais surtout la consommation d'antidépresseurs, d'anxiolytiques et de somnifères, qui ont des effets secondaires indésirables et entraînent des dépendances.
     "C'est une belle avancée pour ouvrir notre profession à une patientèle qui sans remboursement ne consulte pas. C'est pour eux que nous sommes satisfaits, et pour lutter contre la consommation excessive d'antidépresseurs", a déclaré à France 3 la psychologue clinicienne Fanny Villain. Cette dernière a déjà reçu cinq patients sur prescription d'un généraliste.
    Saluée par les patients, la démarche est en revanche loin de remporter l'adhésion massive des psychologues en raison de ses tarifs jugés trop bas : 22 euros pour les 10 premières séances, 32 euros pour les 10 suivantes, alors que la séance normale est actuellement facturée autour de 50 euros. Pour réclamer une révision des tarifs de remboursement et un accès libre à la profession, une pétition a été lancée par le Syndicat national des psychologues et transmise à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.
    La Dépêche note toutefois que sur les 404 psychologues et psychothérapeutes recensés par l'ARS en Haute-Garonne, 124 souhaitaient (à début avril), intégrer l'expérimentation.
    > Psychologues : Toulouse teste le remboursement - La Dépêche du Midi 16 avril 2018
    > Dépression: les consultations chez le psychologue bientôt remboursées ? Pourquoidocteur.fr

    Mis en ligne le dans Bien-être, santé .
    Lire la suite
  • Le Sel: Pourquoi on ne triche pas avec !

    A l’heure de l’épidémie actuelle d'hypertension artérielle, l’étude montre qu’il n’est pas possible de « tricher » sur le sel. Un régime pauvre en sel est essentiel, même si l’alimentation est saine et équilibrée.

    Mis en ligne le dans santé . Taggé santé, sel, régime .
    Lire la suite
  • Senior et diabète : Tout ce qu'il faut savoir

    Par



    Les risques d’avoir un taux de diabète élevé augmentent avec l’âge, notamment à partir de 60 ans. Le diabète est une maladie qui se soigne plutôt bien mais dont on ne guérit pas, il ne faut donc pas la prendre à la légère. Voici ce qu’il faut savoir.

    Mis en ligne le dans santé . Taggé Cholestérol, Diabète, Seniors, alimentation, santé .
    Lire la suite
Haut de page