Accueil du blog
Mots clés
Archives

Archive: novembre 2018

  • Transitions emploi-retraite et niveau de vie à l'ordre du jour de la réunion du Conseil d'Orientation des Retraites du 21 novembre 2018

    Transitions emploi-retraite et niveau de vie à l'ordre du jour de la réunion du Conseil d'Orientation des Retraites du 21 novembre 2018


    22/11/18 - Le 21 novembre, le Conseil d'Orientation des Retraites se penchait sur les transitions entre emploi et retraite. Le contexte dans lequel s'opèrent ces transitions a beaucoup évolué depuis une vingtaine d'années. Du fait des réformes successives des retraites et de la suppression progressive des dispositifs favorisant les départs anticipés des seniors, les incitations au départ qui permettaient aux seniors de se retirer de la vie active avant l'âge de la retraite ont fait place aux incitations au maintien dans l'emploi. On peut dès lors dresser un bilan de ces incitations à la prolongation d'activité en termes de prolongation d'activité des seniors ou encore de dégradation de la qualité des emplois et du niveau de vie de certains seniors.
    Par ailleurs, dans le cadre de la future réforme des retraites, se pose la question de la transposition des trois dispositifs de transition de l'emploi (surcote, cumul emploi-retraite et retraite progressive) dans le futur système de retraite universel en points
    Le dossier de la réunion comporte une série de documents de travail étudiant les évolutions de l'activité et des revenus des seniors dont l'âge est proche de celui de la retraite, présentant les trois dispositifs organisant la transition entre l'emploi et la retraite et leur équivalent à l'étranger, avec leur évolution possible dans le cadre du nouveau système universel en points.
    > La note de présentation générale, les différents documents du dossier ainsi que les diaporamas présentés en séance
    > Réforme des retraites : comment inciter les seniors à prolonger leur activité - Les Echos 20 novembre 2018

    Mis en ligne le dans Retraite . Taggé Retraite, niveau de vie, conseil d'orientation .
    Lire la suite
  • Une intéressante étude Deloitte/Sapiendo sur les performances comparées des régimes de retraite français


    30/10/18 - Aujourd'hui, 42 régimes de retraite coexistent. A l'heure où une harmonisation des régimes est à l'étude avec la création à venir d'un système de retraite universel, les cabinets Deloitte et Sapiendo, plateforme web au service de l'information retraite, du calcul et de la simulation retraite, ont essayé de mesurer l'efficacité des régimes de retraite actuels. Une façon d'apprécier qui bénéficierait ou perdrait le plus en cas d'harmonisation. Les résultats publiés dans un rapport Deloitte/Sapiendo montre les différences importantes au sein des dizaines de modes de calcul en vigueur aujourd'hui. On retrouvera dans le quotidien Les Echos une belle synthèse de l'étude. "Un euro de gagné ne génère pas, selon les statuts, le même montant de cotisation ; et un euro de cotisé ne génère pas, selon les statuts, les mêmes droits à retraite", résume ce rapport 
    Pour calculer un indice de performance, les auteurs ont mesuré l'effort contributif (la part des cotisations rapportée au salaire net) et l'ont multiplié par la rentabilité des cotisations (combien de droits créés pour un euro cotisé). C'est à ce dernier point que la réforme des retraites va s'attaquer, suivant la règle édictée par Emmanuel Macron : un euro vaudra les mêmes droits pour tous dans le futur régime universel.
    De tous les régimes, celui qui offre la meilleure performance globale est celui de la fonction publique d'Etat, si l'on s'en tient aux fonctionnaires touchant une faible part de primes (10 % de leur rémunération), qui sont principalement les enseignants. Ils sont suivis par les salariés modestes du secteur privé - les plus aisés sont pénalisés par le plafonnement des cotisations et par le poids des contributions non créatrices de droits -, et par l'ensemble des salariés du secteur public. A l'autre bout de la chaîne, la performance est quasiment divisée par deux pour les professions libérales qui cotisent à la Cipav pour leur retraite. Et elle est très faible pour les exploitants agricoles et les commerçants-artisans à haut revenu, qui ont donc tout intérêt à souscrire des contrats de retraite supplémentaire.
    L'étude note enfin que, quel que soit le statut d'un travailleur, plus le revenu est élevé et moins le calcul de sa pension est avantageux, compte tenu du principe de redistribution. A l'exception notable des fonctionnaires, du fait du poids de la pension complémentaire, qui s'accroît avec le revenu, alors que l'Ircantec est particulièrement rentable, et des artisans-commerçants, dans une moindre mesure.
    Dépités par la hausse de la CSG et la désindexation des pensions, les retraités s'estiment sacrifiés par Emmanuel Macron. Pourtant, tous ne seront pas perdants, constatent le cabinet Optima et Sapiendo qui ont réalisé pour le magazine Capital plusieurs simulations.
    > La performance des régimes de retraite varie fortement - Les Echos 29 octobre 2018
    > Les retraités ont-ils raison de se plaindre ? CAPITAL - Novembre 2018 :

    Mis en ligne le dans Retraite . Taggé Retraite, systéme .
    Lire la suite
Haut de page