Accueil du blog
Mots clés
Archives

Comment mesurer la perte d'autonomie d'une personne âgée?

Par

En cas de perte d'autonomie d'un proche âgé, il est souvent important d'établir un bilan précis de son état. Cette évaluation qui sera réalisée par des professionnels permettra de mettre en évidence les besoins de la personne concernée. Elle est également indispensable pour prétendre à un nombre d'aides financières liées à la perte d'autonomie. Voici les méthodes généralement utilisées en France et en Belgique.



En FRANCE:

Méthode d'évaluation:

Elle repose sur la grille nationale AGGIR (Autonomie, Gérontologie, Groupes Iso-Ressources). Elle permet de mesurer le degré de dépendance physique et/ou psychique d’une personne âgée dans l’accomplissement de ses actes essentiels et quotidiens.

Objectif

En France, la grille AGGIR est utilisée si une personne souhaite bénéficier de différentes aides telles que l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) mais aussi les plans d’action personnalisés qui sont financés par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). Attention: ce n'est pas une grille de soignants qui évalue la dépendance et les capacités restantes dans le but de prendre soin de la personne.

Classification:

La grille s'appuye sur 17 activités qui seront classées en trois catégories ("la personne fait seule", "fait partiellement", "ne fait pas"), à savoir:

  • Toilette,
  • habillage,
  • alimentation,
  • élimination urinaire et fécale,
  • transferts (capacité à se lever, se coucher, s'asseoir),
  • déplacements à l'intérieur du logement,
  • déplacements à l'extérieur,
  • communication à distance (utilisation du téléphone, d'une alarme, d'une sonnette),
  • cohérence (capacité à parler et/ou à se comporter de façon logique et sensée),
  • orientation (capacité à se repérer dans le temps, les moments de la journée et les lieux).
  • cuisine,
  • ménage,
  • transport (prendre et/ou commander un moyen de transport),
  • achats, suivi du traitement (se conformer à l'ordonnance du médecin),
  • gestion (gérer ses propres affaires, son budget, ses biens),
  • activités de temps libre.

​En pratique, la personne se verra ensuite attribuer une catégorie dite "Groupe Iso Ressources" (GIR) en fonction de son degré de dépendance:

GIR1  Les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent une présence indispensable et continue d'intervenants. 
GIR2 Les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions intellectuelles ne sont pas totalement altérées et dont l'état exige une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante. Les personnes âgées dont les fonctions mentales sont altérées, mais qui ont conservé leurs capacités de se déplacer.
GIR3 Les personnes âgées ayant conservé leur autonomie mentale, partiellement leur autonomie locomotrice, mais qui ont besoin quotidiennement et plusieurs fois par jour d'être aidées pour leur autonomie corporelle.
GIR4 Les personnes âgées n'assumant pas seules leurs transferts mais qui, une fois levées, peuvent se déplacer à l'intérieur de leur logement. Elles doivent parfois être aidées pour la toilette et l'habillage. Les personnes âgées n'ayant pas de problèmes locomoteurs mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas.
GIR5 Les personnes âgées ayant seulement besoin d'une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage.
GIR6 Les personnes âgées n'ayant pas perdu leur autonomie pour les actes essentiels de la vie courante.


En Belgique:

Méthode d'évaluation:

En Belgique, on distingue deux méthodes: l'échelle A.P.A. et l'échelle Katz.

Objectif

L'échelle A.P.A. sert à déterminer le droit à l’allocation d’aide à la personne âgée (APA) versée par le Ministère des Affaires sociales aux personnes disposant d'un revenu faible. L'échelle Katz est utilisée pour des interventions de l’assurance-maladie (Mutuelles).

Classification:

L'échelle A.P.A:
porte sur les possibilités réparties en six points (6 Items/éléments) :

  1. Possibilité de se déplacer,
  2. d’absorber ou de préparer sa nourriture,
  3. d’assurer son hygiène personnelle et de s’habiller,
  4. d’assurer l’hygiène de son habitat et d’accomplir les tâches ménagères,
  5. de vivre sous surveillance, d’être conscient des dangers et d’être en mesure de les éviter,
  6. de communiquer et avoir des contacts sociaux.

Pour chaque élément, une note/cotation de 0 à 3 est alors attribuée:

0 : aucun problème.
1 : difficultés minimes.
2 : difficultés importantes.
3 : activité impossible sans aide ou sans accueil en institution.


L’addition des scores aboutit à un résultat entre 0 et 18.

  • Entre 0 et 6 inclus : pas droit à l’allocation APA.
  • de 7 à 8 : catégorie I.
  • de 9 à 11 inclus : catégorie II.
  • de 12 à 14 inclus : catégorie III.
  • de 15 à 16 inclus : catégorie IV.
  • de 17à 18 inclus : catégorie V.

L'échelle Katz consiste en un questionnaire évaluant la capacité des personnes concernées dans 6 domaines de la vie quotidienne : 

  • Se laver,
  • s’habiller,
  • se transférer et se déplacer,
  • aller à la toilette,
  • la continence,
  • manger.

Pour chaque domaine, la réponse varie entre 4 scores allant de l’absence complète d’aide à la nécessité d’une aide totale. Elle est ainsi utilisée par les professionnels de santé pour déterminer le degré de dépendance d'un patient. 

Mis en ligne le dans Perte d'autonomie . Taggé Allocation Personnalisée d'Autonomie, Autonomie, Perte d'autonomie, AGGIR, APA .
Haut de page