Accueil du blog
Mots clés
Archives

Seniors: que faire en cas de chute?

Par

La chute est la première cause de décès accidentel chez les plus de 65 ans. Environ 150 000 chutes conduisent chaque année à un recours aux urgences médicales. Et les personnes de plus de 80 ans sont particulièrement touchées. Dans une telle situation, il convient d'adopter de bons réflexes mais aussi d'anticiper l'impact psychologique causé par cet évènement. Voici quelques conseils pour appréhender au mieux une situation qui peut s'avérer traumatisante.

Conseil n°1: évaluez la situation

Dans un premier temps, essayez de ne pas paniquer même si cela peut apparaître difficile dans une telle situation. Mais cela vous permettra d'agir plus efficacement. Evaluez ensuite votre condition physique: avez-vous mal ? Sentez-vous vos membres inférieurs?

Analysez ensuite la cause de la chute. Et, surtout, faites en sorte que celle-ci ne se reproduise pas lorsque vous allez tenter de vous relever (par exemple, éloignez l'objet qui a pu vous faire trébucher, si cela est possible). Si vous craignez de tomber une nouvelle fois, essayer de ramper jusqu'au téléphone ou d'appeler à l'aide.

Conseil n°2: essayez de vous relever

Après une chute, il faut touours essayer de se relever. Les douleurs lombaires que vous pourriez ressentir ne sont généralement jamais des contre-indications à le faire. Une douleur aigüe peut être signe d'une fracture, mais très rarement d'une lésion très grave.

Pour vous relever, la solution la plus simple est de vous mettre à quatre-pattes, de vous appuyer sur une chaise ou un fauteuil bien stable et de relever votre tronc en vous appuyant sur un pied, puis sur l'autre. 

Si vous n'êtes pas à quatre-pattes (vous êtes sur le dos par exemple), il vous faudra effectuer un mouvement pour être en bonne position. Voici les étapes à suivre pour réaliser cette opération (un entraînement est conseillé pour pouvoir la réaliser correctement le jour d'une chute):

  1. Basculez sur un côté (en vous servant du bras opposé pour vous donner de l'élan).
  2. Pliez une jambe (pour basculer plus facilement sur le ventre).
  3. Une fois sur le ventre, soulevez-vous en prenant appui sur vos coudes et le genou de votre jambe pliée.
  4. Hissez-vous ensuite doucement en vous tenant à une chaise, un fauteuil ou une rampe.

Conseil n°3: consultez un médecin

Dans tous les cas, après une chute, il vous faudra passer une examen médical, et ce même en l'absence de symptômes sévères. Aucune chute ne doit être prise à la légère. Des examens complémentaires seront sans doute nécessaires pour identifier la cause exacte de cette chute. Dans ce cadre, le témoignage d'une personne présente lors de la chute sera précieux pour fournir des informations au(x) médecin(s). 

Quand consultez un médecin en urgence?

  • Si votre tête a heurté le sol, un mur ou un meuble.
  • Si un saignement persiste, même si celui-ci est très faible.
  • Si vous vomissez (ou ressentez des nausées).
  • Si vous êtes resté immobilisé(e) au sol plus d'une heure.
  • Si vous avez mal.

Consultez tout de même votre médecin traitant dans les jours qui suivent la chute, même si aucun de ces signes n'est présent.

Conseil n°4: ne gardez pas vos craintes pour vous!

Après une chute, vous pourrez bien souvent avoir des doutes quant à votre autonomie, votre mobilité. Et avoir peur de tomber à nouveau. N'hésitez pas à en parler à votre entourage et à votre médecin traitant qui vous assisteront dans cette délicate situation. Sachez que si aucune pathologie n'est identifiée lors de votre passage chez le médecin, et que vous aménagez correctement votre intérieur (cf. ci-dessous), les risques de nouvelles chutes seront limités.

Conseil n°5: prévenir les récidives

Cette première chute peut être un moyen pour faire un état des lieux sur votre exposition au risque de chute, et de prendre des mesures pour éviter la récidive. Bien souvent, des petits aménagements permettront de faciliter vos déplacements au sein de votre habitat, afin d'y circuler en toute sécurité:

  • Dégagez les lieux de passage (ex. couloirs, entrée d'une pièce, escalier).
  • Ayez un éclairage suffisamment fort pour éviter toute zone d'ombre dans votre intérieur.
  • Installez des barres d'appui pour sécuriser vos trajets.
  • Adaptez et sécuriserz vos pièces à risque: WC et salle de bains.
  • Ne vous précipitez pas si le téléphone, la sonnette ou l’interphone se font entendre.
Mis en ligne le dans mobilité, Anti-chute . Taggé mobilité, Chutes, Anti-chutes, Salle de bains, Barre d'appui, WC, Barre, Autonomie .
Haut de page