Accueil du blog
Mots clés
Archives

4 règles d'or pour gérer l’incontinence d’un proche

Par

S’occuper d’une personne souffrant d’incontinence peut s’avérer être une expérience à la fois très difficile mais aussi enrichissante. Parmi les 4 millions de français touchés par l’incontinence urinaire, les personnes âgées représentent la catégorie de la population la plus concernée. Pour préserver au mieux la dignité de votre proche autant que votre qualité de vie, certaines solutions permettent d’appréhender au mieux cette délicate situation, qu’elle soit provisoire ou définitive.



Règle n°1: ne pas avoir honte


À juste titre, les personnes souffrant d’incontinence ont parfois du mal à accepter une telle situation. Elles peuvent se sentir diminuée face à un changement qui impacte profondément leur vie quotidienne. Le rôle des aidants est à ce titre vital pour les rassurer et les accompagner avec bienveillance. Il est important de leur rappeler que des millions de personnes sont également confrontées à l’incontinence urinaire et fécale et qu’elles ne sont pas seules. 1 femme sur 4 et 1 homme sur 8 en souffrent à un moment de leur vie. Evitez également de parler de cette situation avec des tiers qui pourraient aborder le sujet avec votre proche de manière indélicate.

Règle n°2: dédramatisez la situation

Le dialogue est fondamental pour éviter que votre l’incontinence ne devienne pour votre proche un facteur d’isolement voire de dépression. Dédramatisez la situation en lui expliquant que les protections actuelles permettent de mieux vivre cette situation et de poursuivre ses activités quotidiennes sans être embarrassé. Les mots que vous utilisez doivent être choisis avec soin: préférez par exemple le terme de “protection” à celui de “couche”. Dans tous les cas, et même en cas d’accident, gardez votre calme et évitez d’avoir l’air contrarié. N’oubliez jamais qu’il n’y peut rien et qu’une réaction inappropriée de votre part pourrait générer de la honte ou de la culpabilité chez la personne concernée.

Règle n°3: choisir une protection adaptée

Il est important que votre proche utilise des protections qui lui assurent un confort maximum. Les solutions d’aujourd’hui sont très performantes et permettent de limiter les effets secondaires négatifs de l’incontinence. Mais choisir une protection adaptée n’est pas simple. Elle s’effectue en fonction de critères précis: sexe et degré d’autonomie de l’utilisateur, fréquence et volume des pertes.  Nous vous renvoyons ici à notre article “Incontinence: comment choisir sa solution de protection?”. Si votre proche ne se sent pas totalement confortable avec la marque que vous avez choisie, n’hésitez surtout pas à en tester une nouvelle. Son confort est primordial.

Règle n°4: pensez à quelques adaptations du quotidien:


En apportant de simples modifications de votre quotidien, vous pourrez alors considérablement améliorer votre quotidien et celui de votre proche:

  • Faciliter l’accès à vos toilettes (notamment pour les déplacements nocturnes).
  • Installer aux toilettes une poubelle destinée à recevoir les protections usagées.
  • Privilégier les vêtements faciles à retirer.
  • Limiter les boissons aux effets diurétiques (ex. café et alcool).
  • Veiller à la bonne hydratation de votre proche (boire moins n'empêche pas l'incontinence, mais entraîne des infections urinaires).
  • Si votre proche souffre d'incontinence d'effort, des exercices d'entraînement du périnée peuvent l'aider à mieux contrôler sa vessie.
  • Anticiper les déplacements à l'extérieur (veillez à ce que votre proche dispose toujours d’une protection de rechange et d’un petit sac en plastique pour jeter les protections usagées).
Mis en ligne le dans Incontinence . Taggé Incontinence, Incontinence urinaire, Incontinence masculine, Incontinence féminine, Incontinent, Incontinence seniors, Incontinence fonctionnelle, Incontinence par regorgement, Incontinence par impériosité, Incontinence d'effort, Aidant .
Haut de page